Cellule-prison_0_1400_1050

Il y a quelques jours, j’ai écrit un article sur les personnes en prison ou en détention préventive en ce qui concerne leur salaire. Je redis que la loi stipule qu’aucune rémunération n’est octroyée à ces personnes hormis les allocations familiales et encore, sous certaines conditions, dont une est d’être détenu en Belgique.

Quand on me dit qu’un individu touche 75% de son salaire, je ne comprends pas. Je n’ai ni de nom, ni plus d’information à donner mais je vois mal une exception qui permettrait à quiconque de toucher de l’argent autre que celui donné par un parent, un ami ou suite à un travail en prison.

Il est néanmoins vrai qu’un détenu sous surveillance électronique peut demander une « allocation entretien détenu » mais là, je ne rentre pas dans les détails. De plus, une fois de plus, la législation belge est un véritable bordel.

Cette allocation me semble impossible d’avoir l’équivalence de 75% d’un salaire puisqu’égale à 625 euros pour un isolé et de 417 euros pour un cohabitant. (Chiffres qui datent un peu, donc, c’est peut-être plus). Mais bon, on peut toujours discuter sur cette indemnité

J’ai oublié de regarder si cela concerne aussi les personnes en détention préventive. Ce que j’ai écrit concerne les détenus dont la majorité sont des condamnés à une peine inférieure à trois ans.

Je peux aussi dire que pendant sa détention, l’employeur a légalement le droit de mettre fin au contrat de travail. Mais au minimum, comme déjà dit, le contrat est suspendu. L’employeur ne verse donc plus de salaire mais le détenu conserve son contrat. S’il est viré à la suite de sa détention il devra s’inscrire au chômage et au Forem. La durée de la punition avant le chômage ? Je n’en sais rien.

Il est certain que le débat est complexe, et souvent il faut examiner les situations au cas par cas.

Une personne ayant son conjoint en prison qui est privé de salaire selon la loi, et qui n’a pas de travail, ni d’autres revenus doit s’adresser au CPAS.

Maintenant qu’advient-il des remboursements éventuels d’un prêt hypothécaire, d’un prêt voiture etc., il faudra demander aux gens qui sont dans le cas.

Pour le licenciement pour faute grave, j'ai tout expliqué. Maintenant si un individu réintègre une entreprise publique ou privée après une faute grave manifeste, c'est que l'employer étouffe l'affaire et que la personne est pistonnée. Je crois que ses collègues de travail ne vont pas apprécier. Et s'il s'agit d'un(e) employé(e) au service de la population, cela ne va pas passer très bien auprès du public. Mais je me doute que cela arrive évidemment.

Alors maintenant, si quelqu’un possède une preuve sans faille qu’un individu touche 75% de son salaire en étant incarcéré, filez-moi vite cette preuve,

Eelle va passer aux infos aussi vite qu’in chuque queut dins l’guiffe d’in quien

 

 

L.Vdk

Tout ce que j'écris n'est pas forcément vérité, mais je me suis basé sur des infos de sites on ne peut plus sérieux.